Portraits BFSB

Dans cette nouvelle rubrique, Eliette vous propose de découvrir quelques figures du BFSB. D’autres portraits viendront s’ajouter à celui de Tristan au fil de la saison.


Maxime AVRILLON

Entraîneur, joueur et coach au BFSB

Maxime Avrillon, 25 ans, est entraîneur, joueur mais aussi coach au club BFSB. Après de nombreuses années au sein de celui-ci, voici son portrait, pour ceux qui ne le connaissent pas encore. Non seulement Maxime est enseignant en activité physique adaptée, mais il entraîne aussi du baby basket au basket forme, en passant par les U11, les U13 et U15 masculins, ainsi que les seniors 1 et 2 féminins. Il coache aussi l’équipe première filles en R2.

Maxime a commencé à jouer au basket il y a 15 ans, en U11 deuxième année, et c’est cette année sa troisième saison en équipe première. Il a commencé à coacher entre 14 et 15 ans, et cela fait maintenant cinq ans qu’il coache les seniors 1 filles. Il est devenu entraîneur dès 18 ans, et encore aujourd’hui, il apprécie le fait de commencer à former des joueurs de basket chez les plus jeunes pour au fur et à mesure construire une philosophie d’équipe chez les plus grands. En tant que joueur, Maxime Avrillon est très fier de pouvoir jouer dans l’équipe seniors 1 après avoir grandi dans ce même club, et se sent après ces trois années comme un joueur à part entière de l’équipe, et non plus comme le « nouveau petit jeune ». Il aimerait à son tour aider ceux se tenant là où il se tenait quelques années auparavant, afin de les intégrer un maximum. Concernant le coaching de l’équipe première féminine, son principal objectif pour la fin de la saison est le maintien en R2, ainsi que le fait de continuer à créer une vraie cohésion de groupe, qui doit ensuite se retrouver sur le terrain. Comme souvenirs mémorables, Maxime se rappelle de la victoire de la Coupe de l’Anjou en 2013 lorsqu’il était en U17, où l’équipe a, la même année, finie vice-championne départementale de quatre points au goal average (quotient entre les points marqués et les points encaissés).  Il garde aussi en souvenir son premier match en seniors 1, ainsi que le titre en R3 en ayant gagné la finale de vingt points contre Belleville avec l’équipe filles lors de sa première année de coaching. Pour l’année prochaine, Maxime envisage toujours de continuer à être joueur et entraîneur, mais garde la surprise de l’équipe coachée. Le mot de la fin, que certaines reconnaîtront : fin de chan chan !

U15 filles

La montée en région

u15L’équipe première U15 féminine a récemment effectué sa montée en région, après un tournoi qualificatif riche en émotions, à la fin de leur première phase en décembre dernier. Nous avons voulu avoir le ressenti des joueuses, du coach mais aussi des parents sur les premiers matchs de région de cette nouvelle année.

(De gauche à droite et de haut en bas sur la photo) Laurine, Léna, Thaïs, Romane, Clarisse, Nouria, Agathe, Jade, et Emma ont entre 13 et 14 ans, et c’est la première fois cette année qu’elles sont toutes réunies dans une seule équipe, même si certaines ont déjà été coéquipières les années passées.

Cette première phase très facile leur a permis d’apprendre à jouer ensemble, mais surtout de créer une incroyable cohésion d’équipe. Du côté des parents, la première phase aussi était le résumé de très bons moments, étant donné que ces derniers s’entendent tous très bien.

Ils affirment être très fiers du parcours des filles. Nicolas, le coach, explique que la première phase n’a pas vraiment permis de réel affrontement contre une équipe, dû à la différence de niveau, excepté le match de qualification en région contre Avrillé.

Après les premiers matchs en région, les joueuses sont ravies : le jeu est beaucoup plus intéressant, malgré l’intensivité qui a augmenté d’un cran.

D’après le coach, le premier match a été perdu sous le coup de la pression, mais cette défaite leur a permis de bien rebondir sur les matchs suivants. Les parents aussi sont très contents que les joueuses prennent plus de plaisir.

Les jeunes espèrent être dans le haut du classement à la fin de la saison, même si une première place ne leur garantit pas une place en région pour l’année prochaine.

En effet, l’équipe devra impérativement repasser par un tournoi région au début de la saison à venir.

L’objectif principal est donc de s’amuser, en continuant à prendre du plaisir au fil des matchs, aussi bien pour les joueuses que pour les parents.


Timéo BIROT

Joueur U17 et arbitre

timeoTiméo Birot a 15 ans et joue au basket depuis 10 ans. Il est cette année en U17 masculin, et son équipe monte en D1 en deuxième partie de saison. Timéo est arbitre officiel depuis quelques années et nous raconte sa formation.

Sa motivation pour l’arbitrage est née lors d’une journée d’initiation, qui l’a intéressé et l’a mené aux détections pour être arbitre officiel, et a ensuite suivit la formation. Il emprunte avant tout le chemin d’arbitre pour pouvoir mieux connaître les règles, afin de perfectionner son jeu. Cette année est sa quatrième année depuis ses débuts en U13 deuxième année dans ce rôle, avec un an de formation puis deux ans d’arbitrage officiel.

Après les détections, il participe au camp Pôle Espoir Arbitrage, qui est un stage situé à la Pommeraye pendant les vacances scolaires (trois jours en été et deux jours des autres vacances), réparti sur une année. Au cours de cette formation, les apprentis arbitres profitent de cours de théorie, notamment de l’analyse vidéo avec prise de notes et explication, puis de la pratique, comme perfectionner son coup de sifflet, mais aussi de l’arbitrage, celui des sélections départementales des joueurs des équipes régionales ou nationales se déroulant au même moment. Il garde un très bon souvenir de la formation, qui a été source de moments agréables.

Timéo arbitre surtout des équipes U15 et U17 régions, aussi bien féminines que masculines mais préfère arbitrer les garçons car les fautes sont plus facilement visibles, même si les joueurs masculins de régions en U17 sont souvent assez impressionnants. Il n’a pas forcément d’objectif de niveau à atteindre en termes d’arbitrage, Timéo apprécie arbitrer mais cela ne devient pas une priorité, il préfère tout de même jouer.

Timéo conseil aux jeunes qui souhaitent se lancer dans la formation d’arbitrage de ne pas hésiter, qu’il n’y a pas de stress, et qu’être arbitre devient de plus en plus intéressant au fil de la progression.


Lydie Brébion

Joueuse seniors 2 féminines

lydieLydie Brebion est une joueuse en séniors 2 féminine qui fête ses 50 ans ce dimanche (14/11/2021), une belle occasion pour revenir sur son parcours au basket.

Lydie a toujours été présente dans les salles depuis l’âge de trois ans, son père André Landreau étant joueur et coach au BFSB pendant plus de 50 ans, et détient le record d’années de licencié. Il a arrêté le basket il y a trois ans, une année ou les équipes détente se sont arrêtées. Elle a commencé à jouer en 1977 à six ans, dans une équipe mixte avec seulement deux filles. A cette époque, le club n’était pas le BFSB mais seulement Beaupréau basket, et jouait en rouge, jusqu’à la fusion avec le Fief-Sauvin en 2003. Lydie a toujours continué de jouer au BFSB depuis sa première année, sans jamais changer de club.

Les meilleurs souvenirs qu’elle garde sont les années 1990 à 1993, avec la victoire au Challenge de l’Anjou contre le Fief-Sauvin puis les trois victoires consécutives en Coupe de l’Anjou les années suivantes. Plus tard, en 2010, il y a aussi l’arrivée en quarts de finale en Coupe de France pour les seniors 1 féminines en R2.

Concernant les habitudes, Lydie n’en a presque pas, à part ne jamais manger avant un match, qui sont très souvent le dimanche en début d’après-midi pour les séniors filles. D’autres sources m’ont rapporté qu’elle offrait des brochettes de bonbons aux autres séniors pour son anniversaire, mais il y aurait probablement aussi une histoire de déguisement de Noël dont certains se rappelleront peut-être…

Pour la suite, Lydie n’a pas prévu d’arrêter pour le moment. Elle s’entend bien avec les autres joueuses en seniors malgré l’écart d’âge, qui n’est pas du tout un problème pour celles-ci. Lydie apprécie donner des conseils aux plus jeunes, dans le but de les aider à progresser. Elle ne se voit pas aller en détente, car elle préfère se battre pour le ballon sur le terrain. Par contre, un changement de sport serait peut-être possible si elle arrêtait le basket.

Lydie aime énormément le sport d’équipe, et l’ambiance qui va avec, mais aussi le retour du public dans les salles, qui aide à motiver les équipes du BFSB. Nous lui souhaitons une longue continuation au sein du club !


Tristan Boisellier

Entraîneur des seniors 1 et 2 masculins

Tristan BoisellierTristan Boisellier, 30 ans, est le nouveau coach des seniors 1 masculins cette année. Originaire du May-sur-Evre, il est revenu à ses racines après avoir coaché dans plusieurs clubs de France.

En effet, il a d’abord commencé au May en tant que joueur puis entraîneur et est ensuite parti à la Roche-sur-Yon en tant qu’assistant en centre de formation des U18 féminines en NF2. Tristan a ensuite été assistant coach en ligue 2 féminine puis ligue féminine pendant quelques années. Il a après migré vers le Nord de la France avec des équipes séniors NF1 et NF3 pendant plusieurs mois. Cette profession à plein temps étant très demandeuse d’énergie, il a décidé de revenir dans la région avec l’idée de ne plus prendre le basket comme métier mais comme passion en coachant des équipes féminines de Bégrolles-en-Mauges et Cholet basket avant de venir au BFSB.

La proposition du projet d’être entraineur-coach des seniors 1 masculins est venue de Jean Audoin, qui avait été comme son formateur à ses débuts au May. Tristan avait envie de sortir de sa zone de confort en s’intéressant aux équipes garçons. Il s’est tout de suite bien entendu avec les joueurs, et reprendre le flambeau de Jérôme Boisdron qui faisait aussi parti des acteurs de son apprentissage lui paraissait une belle façon de finir la boucle, commencée des années plus tôt.

Concernant les objectifs de la première phase pour les seniors 1 masculins jouant en RM2, ce sont les joueurs eux-mêmes qui les fixent. Cette année, l’équipe souhaite un maximum de victoires à domicile mais surtout intégrer totalement les jeunes dans les équipes seniors. Pour Tristan, les joueurs sont les meneurs de leurs propres objectifs, et vient ensuite le rôle du coach d’amener les exigences pour y parvenir.

Tristan Boisellier est très satisfait d’avoir entrepris ce projet, avec des personnes très intéressantes et à l’écoute. Il prend plaisir à les entraîner et encourage tous les joueurs, en particulier ceux des équipes premières, à ramener un maximum de monde dans les salles de basket. Pour lui, mais aussi pour toute l’équipe du BFSB, il est très important de retrouver une communion entre les joueurs et le public, afin de partager et de transmettre des émotions autour du ballon orange.

Le mot de la fin : vive le BFSB !

© BFSB - tous droits réservés